En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

Traverser l’Atlantique avec une maladie de Crohn

Press Tv News - Acteurs de Santé - jeudi 17 octobre 2019
par Gaël de Vaumas - Stéphanie Chevrel - Carla de Vaumas

Pierre-Louis Attwell, jeune navigateur de 23 ans, est atteint de la maladie de Crohn. Il sera, le 27 octobre au Havre, avec son co-équipier Calliste Antoine, sur la ligne de départ de La Transat Jacques Vabre 2019. Au-delà du défi sportif, son objectif est de sensibiliser le grand public à la maladie de Crohn et de montrer que même malade, tout est possible ! « Soutenus par de nombreux partenaires dont les laboratoires Mayoly-Spindler, l’afa - Association François Aupetit - et Acteurs de santé Tv, nous allons rallier Salvador de Bahia au Brésil en une vingtaine de jours à bord d’un voilier de 12 mètres », confie Pierre Louis Attwell, skipper « Vogue avec un Crohn ».
 
 Bien se préparer pour traverser l’Atlantique avec une maladie de Crohn
Une maladie de Crohn ne se contrôle pas. Une crise pouvant se déclencher à bord, la préparation avant la course est importante : traitement, alimentation, entraînement en salle de sport, gestion du stress avec des séances de yoga. Pierre Louis Attwell le confirme : « La préparation avec mon gastro-entérologue est très importante. Il m’accompagne dans mes projets, et est toujours à l’écoute de mes envies, de mes besoins. Etre accompagné, c’est bien, ensuite il faut bien se préparer, essayer d’avoir une alimentation saine et variée. En mer, ce n’est pas toujours évident. On mange pas mal de lyophilisé même si en regardant attentivement la composition des éléments, on arrive à manger de tout et sainement. »
 
Le yoga pour rester à l’écoute de son corps et prendre un peu de temps pour soi
« Du stress à bord, il y en a toujours, de différents types : parfois, c’est de l’adrénaline pure et dure quand le bateau va très vite. Parfois, c’est de la peur, quand une voile se déchire ou lors d’un moment d’action un peu compliqué. L’objectif est d’arriver à prendre du temps pour soi et à faire des pauses. C’est là que les séances de yoga prennent toute leur importance. Le yoga permet de se recentrer sur soi-même, de se mettre à l’écart de la course dans le bateau, de prendre quelques minutes pour soi pour écouter son corps et savoir de quoi il a besoin. »
 
Bien gérer ses temps de sommeil
« En termes de sommeil, la Transat Jacques Vabre est différente de la Solitaire du Figaro où on est tout seul pour un format très court. Sur une Transatlantique, nous sommes en double, nous allons pouvoir nous permettre de dormir un peu plus. Souvent, en début de course, on dort peu, on essaye de prendre de l’avance sur le parcours généralement un peu plus technique et qui se trouve près des côtes. Une fois qu’on est plus au large, on peut faire des siestes un peu plus longues. Sachant qu’on est deux, il y en a toujours un dehors à la veille pendant que l’autre dort. Finalement, le double, c’est du solitaire à deux », confirme le navigateur.
 
> Voir l'interview Pierre-Louis Attwell 

Faire du sport pour éviter le stress et retrouver la confiance en soi
« Il faut vraiment recommander aux jeunes de pratiquer une activité physique ou un sport, cela leur permet d’éviter le stress que la maladie peut générer, de mieux se détendre et de mieux adapter le quotidien à leur maladie. Un autre aspect important est d’améliorer la fatigue chronique générée par la maladie et parfois par les traitements, car contrairement à ce qu’on imagine, faire du sport permet d’améliorer sa condition physique. », indique Anne Buisson, Directeur adjoint de l’afa, Association François Aupetit. « Aller au-delà de ses limites, se fixer des défis sportifs, réussir, c’est important pour l’estime de soi et pour pouvoir avancer dans la vie quand on a une maladie chronique. Incontestablement, le sport ou l’activité physique permettent de rétablir cette confiance en soi. »
 
Un parcours de soins et aussi un parcours de vie
La maladie de Crohn vient affecter l’ensemble de la vie sociale, familiale, professionnelle, amoureuse. Corinne Devos, Vice-Présidente de l’afa, Association François Aupetit, est devenue patiente experte lorsqu’elle s’est rendue à l’évidence que la qualité de vie d’un malade atteint de Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI) ou de toute autre maladie chronique devait être une préoccupation contemporaine du parcours de soins. Malade de Crohn depuis l’âge de 7 ans, Corinne Devos témoigne : « J’ai eu l’impression, dans mon parcours, qu’on s’occupait d’abord du soin et ensuite du reste, sauf que, s’agissant d’une maladie chronique, le timing doit être concomitant. La maladie vient affecter l’ensemble de la vie des patients - sociale, familiale, professionnelle, amoureuse. Il n’y a aucune raison de se contenter de laisser les patients exclusivement dans un parcours de soins sans s’occuper de leur parcours de vie ». Engagée dans cette cause depuis une dizaine d’années, cela a donné du sens à son parcours. « Je suis aujourd’hui absolument convaincue que la bonne voie est d’accompagner et de faire intervenir des patients pour accompagner au quotidien des malades. »
 
Pierre-Louis Attwell, une belle énergie au départ de la Transat Jacques Vabre
Amis, patients et partenaires entourent Pierre-Louis Attwell et le soutiennent pour ce nouveau défi. « C’est un vrai bonheur d’accompagner depuis deux ans Pierre-Louis dans les aventures de cette belle personne et de participer ainsi à aider les patients qui, comme lui, souffrent de la maladie de Crohn », Pascal Fruit, Directeur Global Portfolio Management chez Mayoly Spindler. « Nous sommes ‘’carrément’’ contents - son expression favorite - d’accompagner Pierre-Louis et de relayer ce nouveau défi sur les nouveaux médias et réseaux sociaux pour en faire bénéficier les patients atteints de Crohn et leurs familles », indique Stéphanie Chevrel, Acteurs de santé Tv. « Je lui tire mon chapeau et l’encourage à continuer car il donne l’exemple à plein de gens malades ou pas malades, notamment aux jeunes qui voudraient se lancer des défis de tous ordres. Merci à Pierre-Louis, je lui souhaite le meilleur pour la Transat Jacques Vabre avec sa belle énergie », Anne Buisson, Directeur adjoint de l’afa, Association François Aupetit.
 
Interview réalisée dans le cadre de la saison 2 de Vogue avec un Crohn, menée par les navigateurs Pierre-Louis Attwell et Calliste Antoine au départ de la Transat Jacques Vabre 2019, avec le soutien de l’afa et du laboratoire Mayoly Spindler, en partenariat avec acteurs de santé Tv.

En savoir plus :
https://www.afa.asso.fr/ 

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 60 millions de vidéos vues, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2019 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact