En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

Une fenêtre sur les rêves

Press Tv News - Acteurs de Santé - lundi 12 février 2018
par Gaël de Vaumas

Le Professeur Isabelle Arnulf est neurologue, directrice de l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. 

Les rêves peuvent-ils être prémonitoires ? Le sommeil guérit-il la maladie de Parkinson ? Longtemps, le monde des rêves a appartenu aux religieux, aux artistes, aux psychanalystes et à tous ceux qui voulaient y découvrir un sens caché. Pourtant, il existe une approche scientifique des rêves : on peut désormais savoir si hommes et femmes rêvent des mêmes choses, si nous volons tous en rêve ou si nous rêvons tant que cela de sexe.

Après des études de médecine et de neurologie à Grenoble, Isabelle Arnulf poursuit sa carrière chez le Pr Michel Jouvet à Lyon. Il est l'inventeur du concept de sommeil paradoxal et l'auteur de la classification du sommeil en ses différents stades, sommeil lent, en raison des ondes lentes qui l'accompagnent sur les tracés durant lesquels sont enregistrés des mouvements oculaires rapides. Avec une thèse de sciences en poche, elle rejoint à Paris le service du professeur Yves Agid, comme praticien hospitalier, puis comme enseignante. Actuellement, elle dirige le service des pathologies du sommeil à la Pitié-Salpétrière.

Combattre des lions dans son lit
L’étude des rêves permet également de mieux comprendre les maladies du sommeil : hallucinations, somnambulisme, terreurs nocturnes, trouble comportemental en sommeil paradoxal. « Voir un dormeur combattre des lions dans son lit ou fumer une cigarette fictive, découvrir qu’un homme à demi infirme redevient valide lorsqu’il rêve, permettent d’en savoir un peu plus sur cette curieuse machinerie qui fait de nous, chaque nuit, la marionnette de notre cerveau. » 

Regarder les patients dormir
« Mon quotidien est très varié, il consiste à voir et à soigner des patients, aller les regarder dormir, reprendre des tracés de sommeil, analyser les résultats des enregistrements issus de nombreux capteurs. Ensuite, nous déchiffrons les résultats, un petit peu comme on déchiffre une musique, pour découvrir ce dont souffre la personne pour la soigner et la suivre. » Isabelle Arnulf est également enseignante : « j'encadre aussi des Masters et des doctorants en science où nous faisons ensemble des travaux de recherche sur l’interprétation des rêves », indique-t-elle.

Le sommeil est un tiers de notre vie
« Penser que le sommeil ne sert qu'à reposer le corps serait illusoire, il sert à digérer des émotions. Les troubles du sommeil ont été découverts petit à petit ces dernières années, grâce aux neurosciences. Cette science va évoluer « à la maison », avec notamment des pyjamas qui procéderont à des enregistrements afin d'avoir une meilleure compréhension de ce qui se passe. Nous allons arriver à analyser exactement des événements qui surviennent pendant la nuit. Par exemple, nous avons découvert récemment des maladies comme l'apnée du sommeil ou bien encore, l'interprétation des mouvements nocturnes ».

Un travail d'échanges entre tous les chercheurs
« Aujourd'hui nous savons apaiser la nuit. Un de nos défis serait de traiter l'insomnie, d’aider des personnes à bien dormir. Il s'agit pour nous d’un défi majeur pour le futur. A Paris, à la Pitié-Salpêtrière, nous avons la chance d'avoir l’ICM, l’Institut du Cerveau et la Moelle épinière, cet espace permet un travail d'échanges entre tous les chercheurs. Parmi les nombreuses avancées, nous arrivons aujourd’hui à détecter les symptômes de la maladie de Parkinson cinq à dix ans avant sa survenue, à cause notamment, de troubles du sommeil très particuliers, comme des cauchemars agités. Nous savons détecter et suivre les lésions ainsi que l'évolution de cette maladie. Cela permet de mettre en place des protocoles de protection pour réduire ou au moins retarder cette maladie. » 

Entre ses expéditions chez les moines contemplatifs qui rêvent du diable, ses patients qui dévorent, endormis, des sandwichs et ses expériences au laboratoire du sommeil, Isabelle Arnulf a publié un livre aux Editions Odile Jacob : « Une fenêtre sur les rêves » pour comprendre ce qui se passe dans la nuit. Votre prochain livre de chevet ?

Gaël de Vaumas

www.odilejacob.fr 

Interview réalisé à S3Odéon Science Santé Société : www.s3odeon.fr 

Voir l’interview : www.acteursdesante.fr 

 

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 58 millions de vidéos vues, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2018 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact