En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

Organiser le parcours de santé autour du bien-être du patient

Press Tv News - dimanche 3 septembre 2017
par Gaël de Vaumas

Voir l'interview de Philippe Mougin > ICI

Partir du parcours de vie de la personne en y intégrant les soins
Philippe Mougin est directeur de IREOS, Institut de Recherche & d'Etudes en Organisation de la Santé est l'organisateur de la conférence à qui s'est tenue à Paris le 8 juin 2017, sur les thèmes : "Parcours de santé : modèles innovants, des concepts à la pratique." 
"Le 21ème siècle est confronté au défi de la chronicité. Cette situation oblige une approche plus large de la santé rendue nécessaire par l’implication crossante des usagers dans le bien-être. La prise en charge sur l’ensemble du parcours de soins est une réalité, cependant il convient de réfléchir à inverser le modèle pour partir du parcours de vie de la personne en y intégrant les soins.

Un parcours organisé autour du bien être et de la satisfaction du patient
L'information santé tient une place importante, elle doit-être de qualité.
L'ensemble des activités de soins, mais également de prise en charge médico-sociale à domicile qui doit être organisé autour du bien être et de la satisfaction du patient. Celui-ci a aujourd’hui son mot à dire sur le système et on doit l’entendre. Il doit exprimer s'il est satisfait ou non de son expérience et s'il ne l’est pas, nous devons faire en sorte d’améliorer l’organisation du système. C’est grâce à un niveau de satisfaction élevé que le patient est amené à devenir acteur de sa propre prise en charge et non pas à subir un système qui peut lui sembler parfois coercitif."
Intervenants à cette conférence animée par Philippe Mougin, IRÉOS, Yves Matillon, Chargé de mission pour les questions de santé auprès du Ministère de l’enseignement supérieur, Jean Paul Ortiz Président de la CSMF, Confédération des Syndicats Médicaux Français et le Pr Claude Dussart, Parcours santé systémique (P2S), Université Claude Bernard, Lyon,nous livrent leur point de vue sur la qualité de l'information santé. 

Créer  des plateformes de communication entre les acteurs pour satisfaire la prise en charge du patient.
Analyser les parcours de santé nous permet d’avoir une vision partagée avec l’ensemble des acteurs de la prise en charge du patient et de les fédérer. Nous identifions les zones dites de rupture, les dysfonctionnements dans la prise en charge et travaillons sur des mécaniques d’amélioration associées à des évaluations médico-économiques. Se mettre à la place du patient permet de mieux envisager les efforts à faire pour coopérer entre acteurs que ce soit entre la ville et l’hôpital et, en incluant le médico-social. « Le sanitaire laisse le patient à 100 mètres de chez lui, le médico-social le ramène réellement à la maison ».

Améliorer l’information santé pour et avec les 
patients 
Pour Jean Paul Ortiz : "L’information santé mérite globalement d’être améliorée car un certain nombre d’informations sont données de façon pertinentes tandis que d’autres sont davantage diffusées dans une logique de mirage technologique, de prouesses et moins dans une logique opérationnelle pour le patient. Or l’ensemble des programmes et des informations données doivent être davantage adaptés à un patient qui n’a pas forcement la formation et la capacité d’analyse que peuvent avoir les acteurs de santé ; il serait intéressant que les patients puissent ré-exprimer une information médicale et la porter eux-mêmes auprès des autres patients".

Voir l'interview > ICI 
http://www.csmf.org

Information et communication santé, des enjeux de santé publique
Pour le Pr Claude Dussart :"C'est un peu l’eldorado ; la difficulté réside sur Internet ou se côtoient le meilleur comme le pire. On trouve de très bonnes informations, collaborative et co-construites ensemble ; d'autres où le niveau de preuve n’est pas là et qui favorisent parfois l’émergence de certaines idées qui ne sont pas fondées. Alors, faut-il donner accès à tous à toutes les informations ? Doit-on essayer de réguler ? Comment labelliser ou cautionner la bonne information ? C'est là toute la problématique de la démocratie. L’information et la communication font partie des leviers majeurs des années à venir. Il existe des dogmes qu’il faut casser pour trouver d’autres modes de communication intégrant les patients comme acteurs de la santé."

Voir l'interview >
 ICI 
Université Claude Bernard Lyon 1 > ICI

Santé et médias, une information de bonne qualité souvent difficile à obtenir
Selon Yves Matillon, chargé de mission pour les questions de santé auprès du Ministère de l’enseignement supérieur, qui donne des cours de sciences humaines et sociales aux étudiants de première année de médecine, "l’information dans les médias liée à la santé et à la santé publique est plutôt bien traitée par les journalistes et de bonne qualité". Il est plus nuancé en ce qui concerne l'information de ces 10 ou 15 dernières années portant sur les scandales sanitaires : "ces affaires sont très complexes avec des jeux d’acteurs extrêmement compliqués, c’est difficile pour un journaliste de bien analyser les responsabilités et les rôles de chacun parce que cette information est difficile à obtenir."

Voir son interview > ICI
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ 

Source : "Parcours de santé : modèles innovants, des concepts à la pratique", Journée d'étude Iréos, 8 juin 2017 - Information : philippe.mougin@ireos.fr


Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 56 millions de vidéos vues au 1er octobre 2017, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création en 2010.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2017 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact