En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

Journée mondiale sans tabac, 31 mai 2017

Press Tv News - Acteurs de Santé - lundi 29 mai 2017
par Gaël de Vaumas

Près d’un fumeur sur sept déclare avoir essayé d’arrêter de fumer
Les résultats de l’enquête Ifop/Pfizer menée auprès de 1 103 fumeurs révèlent que 69% d’entre eux affirment avoir essayé d’arrêter de fumer, dont 42%, plusieurs fois. Les fumeurs évoquent principalement, parmi les raisons de l’échec, le stress (37%) et la peur du manque (15%). Lors de leur dernière tentative de sevrage tabagique, plus d’1 fumeur sur 2 déclare avoir tenté seul, sans accompagnement (52%) et seulement 11% ont été suivis par un professionnel de santé. Les 37% restants ont eu recours à des méthodes comme la sophrologie, l’hypnose ou les substituts nicotiniques vendus en pharmacie. « Ces résultats révèlent à quel point le sevrage tabagique est une démarche compliquée, loin d’être considérée comme légère ou insouciante par la plupart des fumeurs. 7 sur 10 ont tenté d’arrêter de fumer et n’y sont pas arrivés », commente Fabienne Gomant, directrice adjointe, Ifop. « Les méthodes employées par les fumeurs pour arrêter de fumer sont très individuelles révélant que le sevrage tabagique est une problématique intime, se déroulant entre soi et soi-même, comme si elle n’apparaissait soluble que par soi-même », ajoute-t-elle.
Voir son interview> ICI 

Un fumeur qui souhaite arrêter devrait être pris en charge par un professionnel de santé
Parmi les professionnels de santé majoritairement consultés, 37% des fumeurs ayant déjà essayé d’arrêter de fumer se sont tournés vers un tabacologue et 36% vers un médecin généraliste. Près de trois quarts d’entre eux se disent d’ailleurs satisfaits de la qualité de leur accompagnement par ces professionnels de santé, indépendamment du fait qu’ils aient réussi ou non à arrêter de fumer. Selon le Docteur Anne-Laurence Le Faou, responsable du centre ambulatoire d’addictologie de l’hôpital Européen Georges Pompidou, à Paris : « La dépendance tabagique est l'une des dépendances aux produits addictifs les plus sévères. Elle ne dépend pas de la volonté de la personne. Une personne qui a arrêté une ou deux fois puis a repris sa consommation va parfois se décourager car elle a subi les conséquences d’un sevrage avec souvent des signes de manque.  Un fumeur qui souhaite arrêter devrait être pris en charge par son médecin de ville ou éventuellement par un pharmacien. Pour tous les fumeurs qui ont beaucoup d’ancienneté, qui souffrent de maladies liées au tabac ou qui présentent une forte dépendance – notamment les patients psychiatriques ou les patients précaires - il est préférable de les adresser aux consultations spécialisées au cours desquelles des conseils comportementaux et un traitement pharmacologique leur sont proposés, en individuel ou en groupe. »
Voir son interview > ICI  

Cinq fois plus de chances de rester abstinent à un an après un maintien du sevrage continu pendant 1 mois 
Pour réussir à arrêter de fumer définitivement, 51% des fumeurs seraient disposés à recourir à un traitement médical, dont 24% accompagnés d’un professionnel de santé. Parmi les 49% de fumeurs restants, le remboursement du traitement médical pourrait motiver 44% d’entre eux à arrêter de fumer et 38% à consulter un médecin pour être accompagnés médicalement. « Le but de la prise en charge est d’aider le fumeur à arrêter de la façon la plus confortable possible, puis par la suite, malgré certaines rechutes souvent inévitables, la personne va apprendre de ses précédentes tentatives d'arrêt ; s’il y a rechute, elle sera apte à se prendre en charge puis à recourir à un professionnel de santé rapidement si nécessaire. En France, les données de consultations de tabacologie montrent ainsi une augmentation du taux de sevrage à chaque consultation supplémentaire. Près d’1 personne sur 2 réussit à être abstinente pendant un mois multipliant ainsi les chances d’arrêt à un an. En effet, il y a environ cinq fois plus de chances de rester abstinent à un an après un maintien du sevrage continu pendant 1 mois », avance le Dr. Anne-Laurence Le Faou.

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 50 millions de vidéos vues au 30 juin 2016, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création en 2010.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2017 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact