En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

L'invitée du mois, Dr Chrysoula Zacharopoulou

Press Tv News - Acteurs de Santé - Visite Actuelle - samedi 4 mars 2017
par Carla de Vaumas

Cette maladie inconnue touche 180 millions de femmes dans le monde et plus d’une sur dix en France.

Gynécologue chirurgien et spécialiste de l’endométriose à l'hôpital Trousseau au service de Gynécologie, Obstétrique et Médecine de la Reproduction

Brune d’un physique d’actrice de cinéma, elle est étonnante à plus d’un titre. Citoyenne du monde et Européenne convaincue, elle est née en Grèce, poursuit ses études en Italie et vit et exerce en France. Son combat, c’est l’endométriose. Mais quelle est cette maladie inconnue qui touche 180 millions de femmes dans le monde et plus d’une sur dix en France ?

Le principal risque associé à l’endométriose est l’infertilité
L’endométriose est une maladie gynécologique invalidante et douloureuse due à un développement anormal de la muqueuse utérine. Elle se renouvelle constamment et elle est évacuée avec les menstruations. « Cette maladie est peu connue, voire taboue, dans notre société, peut-être parce que c’est une maladie liée aux règles ? C'est pour cela que peu de femmes veulent en parler », regrette-t-elle. Le principal risque associé à l’endométriose est l’infertilité. « Environ une femme sur trois ayant des difficultés à tomber enceinte souffre d’endométriose. »


Tous les êtres humains ont pour mission d'améliorer ce monde
Mais revenons à son parcours pour le moins original « Je suis née en Grèce, d’un père militaire où la discipline faisait partie du quotidien. Mais, en même temps, c’était un homme très humaniste qui disait que tous les êtres humains avaient pour mission d'améliorer ce monde. Ensuite, j’ai eu la chance de poursuivre mes études à Rome, parce que j'aimais ce pays et sa grande culture »

Pendant son internat, elle découvre l'endométriose grâce à un travail effectué aux côtés d'un professeur italien qui s’intéressait à cette maladie. « C'est après cette expérience que j'ai décidé que l'endométriose serait ma spécialisation. » Aujourd’hui, Chrysoula cherche à prendre en charge globalement cette maladie en écoutant beaucoup les femmes qui viennent à sa consultation. « Elles sont toutes marquées par cette démarche. Souvent les douleurs les empêchent d'aller à leur travail, ce qui est compliqué ». Elle regrette la méconnaissance de cette maladie par certains médecins généralistes qui leur disent souvent : « Ne vous inquiétez pas, ce n'est qu'un petit ennui féminin, cela va passer » .

Une question de dignité de la femme
« En tant que médecin, tous les sujets sont importants pour les patients qui souffrent. Pour moi, cette maladie n'est pas qu'une question liée aux règles mais une question de dignité de la femme ! » Après réflexion, elle décide de ne pas s’adresser au ministère de la santé mais au ministère des droits de la femme. « Cela s'est très bien passé », se souvient-t-elle en riant. «J 'ai eu la chance de travailler avec trois ministres, toutes des femmes ! Bien évidemment elles ont toutes montré une grande sensibilité au sujet, elles ont compris immédiatement ce dont je parlais. Ensuite, j'ai travaillé avec des conseillers qui étaient des hommes et là, surprise, ils ont montré la même sensibilité. La question n'est pas de savoir si c'est un homme ou une femme, ce sont des personnes qui ont des responsabilités et qui sont là pour faire avancer la société avec nous, les citoyens ».

Une signature d’une convention avec le Ministère de la famille
Aujourd’hui, Chrysoula Zacharopoulou est présidente d’Info endométriose. Pour se perfectionner dans ses relations avec les pouvoirs public, elle a suivi le programme Executive Master « Gestion et politiques de santé » à Sciences Po, Paris. Dans le cadre de la campagne nationale, Info Endométriose, une convention sera signée le 6 mars avec le Ministère de la famille, de l’enfance et du droit des femmes. Enfin la marche mondiale, Endo March, aura lieu le 25 mars à Paris. Sur l'avenir elle est très confiante : « Je suis sûre que les prochains ministres continueront avec nous le travail que nous avons commencé ». Sparte, sa ville natale, était une cité de la Grèce antique, où toutes les personnes en âge de porter les armes étaient préparées au combat… Comme quoi !

Carla de Vaumas

Voir l'interview : www.acteursdesanté.fr

Tout savoir sur l’endométriose : www.info-endométriose.fr - www.endomind.fr

Volet perso

Pour la musique ? « Suivant mes humeurs, musique grecque, italienne ou américaine ».

Pour la lecture ? « Les livres politiques de chaque pays ».

Pour illustrer un billet de banque ? « Deux personnes : Socrate et Simone de Beauvoir ! Parce qu'elle a fait progresser la cause des femmes ».

Pour la réincarnation ? « Un arbre avec des racines solides et des feuilles qui changent tout le temps ».

Si Dieu existe ? « J'aimerais quand j’arrive au paradis qu'il me dise : Chrysoula, tu n'as pas oublié d’où tu viens, bravo »!

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 56 millions de vidéos vues au 1er octobre 2017, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création en 2010.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2017 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact