En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre navigation, faciliter votre connexion et recueillir des statistiques.

En savoir plus OK

 › ACTUALITÉ

Partager un savoir en toute confiance

Press Tv News - Acteurs de Santé - jeudi 9 février 2017
par Gaël de Vaumas

Écouter les femmes et leurs conjoints, de la grossesse à la naissance de leur enfant

Son parcours est remarquable : Philippe David a créé avec une petite équipe une maternité de toutes pièces, « toute nouvelle grâce à l'aide de la Mutualité à Nantes. Notre objectif était évidemment de nous appuyer sur les bonnes pratiques et en même temps d'écouter les femmes et leurs conjoints, de la grossesse à la naissance de leur enfant. » 

Une petite maternité « un peu Bisounours »
« J'étais très attaché à l'écoute et je sentais sa nécessité », indique-t-il. « Nous sommes passés d'une toute petite maternité, selon certains « un peu Bisounours », de 220 accouchements par an à 3 300 aujourd'hui. Et encore, nous sommes obligés de refuser des demandes ! Notre objectif maintenant est d’accueillir chaque année 4 000 femmes, ce qui correspondrait à la demande telle qu'elle est à l'heure actuelle à Nantes. » 

Une étude sur la douleur, dans l’IVG médicamenteuse
La Fondation de l’Avenir a été une des premières en France à s’intéresser à la prise en charge de la douleur, notamment dans l’IVG médicamenteuse et la douleur postopératoire. « A l’heure où l’on favorise le tout médicamenteux, il faut un lien étroit entre le médecin et le patient », avait alors déclaré son président Dominique Letourneau. « Les résultats de cette étude, pilotée par notre centre, révèlent que 92% des femmes se disent satisfaites de l’accompagnement apporté par l’équipe soignante », précise Philippe David. 

La confiance ne se décrète pas
« Notre expérience a été extrêmement novatrice. Au début, nous avons fait de l’éthique « sans le savoir » reconnait-il. « L’idée était d’abord de reconnaître la compétence et la capacité des femmes à pouvoir assurer un certain nombre de situations autour de la naissance sans forcément une aide médicale, voire une « toute présence médicale ». Ce qui m'a le plus marqué dans mon parcours de médecin tiens en un mot : «  la confiance ». Elle ne se décrète pas et ne relève pas d’une instance autoritaire. Il faut à la fois écouter et partager un savoir, c’est dans ces conditions que l’on obtient une confiance interhumaine extrêmement forte. Ce que j’ai observé par ailleurs, c’est l’évolution sociale et la densité nos établissements. Cette situation complique le travail de nos jeunes collègues et entraine parfois des relations marquées par une défiance réciproque. »

Permettre un nouveau relationnel
« Je me suis rendu compte qu'il existait une solution pour éviter la « défiance ». Il se trouve, qu’à titre personnel, j’ai rencontré des comédiens de l’Aria Corse, (Association des Rencontres Internationales Artistiques) fondée par Robin Renucci, qui m’ont permis de réaliser que faire suivre une formation au personnel soignant permettrait un nouveau relationnel. J'ai eu la chance de pouvoir mettre en place cette formation qui me tenait particulièrement à cœur. Actuellement, 60 personnes ont été formées par ces comédiens sur un programme partant de la respiration profonde jusqu'à la pratique du dialogue. Le souffle, c'est ce qui sort de soi et, quand on existe soi-même, celui qui est en face de vous, existe aussi », lance-t-il avec une belle assurance. « La notion d'existence « être » me semble être fondamentale dans le soin : « créer des liens de connivence ». « De cette expérience, j'ai vu s’installer une cohérence d'équipe et une augmentation de la qualité du soin, y compris dans l’urgence. Le soignant est prêt parce qu'il n'est plus dans la routine. »

Persuadé que cette formation peut être déclinée, Philippe David a mis au point une consultation d’éthique avec le docteur Gérard Dabouis, oncologue à Nantes. « Nous sommes tombés d'accord sur le principe d’être très attentif en augmentant l'écoute de l'autre, assez éloignés des a priori et des préjugés quelque soit le champ de la médecine. Je suis très fier et souhaite continuer cette formation pour les soignants mais aussi pour le citoyen général. À ce titre, nous avons des projets à Nantes que nous espérons partager ailleurs car il me semble que c'est une façon de mieux vivre ensemble. »

www.fondationdelavenir.org

Pour suivre l'actualité en direct → Inscrivez-vous dès maintenant !
Les autres publications « ACTUALITÉ »
Edito
Tous acteurs de santé !
Avec plus de 56 millions de vidéos vues au 1er octobre 2017, notre site "acteurs de santé" enregistre une progression que nous ne pouvions imaginer à sa création en 2010.

Depuis, les visiteurs ont pu visionner des témoignages d'experts, de patients, d'aidants, de scientifiques et d'industriels. La rigueur de nos sujets et l'indépendance de nos reportages ont été reconnues par la norme HealthOnNet (HON).

Nous tenons à remercier "les acteurs de santé" qui ont donné de leur temps pour répondre à nos questions et les chercheurs de la Fondation HON pour la pertinence de leurs remarques.Nous voulions délivrer au plus grand nombre des informations de qualité, le score des visites est la réponse que nous attendions.

Gaël de Vaumas.
Copyright 1998/2017 © Press Tv News - Tous droits réservés - Informations légales - Contact